TZIMX / MIRTHA POZZI

PRESENTATION | EN ECOUTE | MIRTHA POZZIHISTORIQUE | PRESSE



#TAC017
Mirtha Pozzi

TZIMX
Percussions / Multiples

Des tambours, des métaux,
des objets sonores divers,
des mots, des bruits vocaux…



TZIMX
le nouvel album de Mirtha Pozzi, prend son nom du son des cymbales, associé aux onomatopées TZIM !,  DZING ! ou TSIMM !

TZIMX, un mot qui fait du bruit !

 




MIRTHA POZZI

Percussionniste, compositrice, improvisatrice franco-uruguayenne

Enfance en Uruguay au bord de l’Atlantique, adolescence au Chili au bord du Pacifique, le reste en France près de la Seine. Quelques allers-retours, histoire de rattacher les bouts de souvenirs et des « incursions » vers d’autres mers et d’autres terres…

Elle étudie le piano à Montevideo.  Elle a obtenu un diplôme de professeur de philosophie et un diplôme pour la création de bijoux avec la méthode de la cire perdue à Santiago de Chili. En France elle a fait ses études musicales au Conservatoire Expérimental de Pantin et au Conservatoire d’Yerres.

Dans ses créations, elle est attirée par le rapport entre sons, corps, langages inventés, onomatopées, percussions… Elle conçoit des spectacles au croisement de la poésie, du théâtre, de la danse et de la musique.

Elle participe à des spectacles chorégraphiques, de théâtre, de cirque, des fictions radiophoniques, à des projets mêlant électroacoustique et instruments, à des rencontres avec les arts plastiques, le conte, la littérature…

Ses compositions en parlé-rythmé pour ensemble vocal ont été éditées par « À Cœur Joie », ses pièces pour percussion et voix par « Alfonce Productions » et son recueil ONOMATOTEK par les Editions « Henry Lemoine ».

Ses poèmes sonores sont régulièrement publiés dans le trimestriel « Mon Lapin Quotidien ».



TZIMX
Dans son nouveau CD, on peut apprécier l’attirance de Mirtha Pozzi, pour la diversité de sonorités des percussions, pour l’exploration de leurs « comportements », son désir de mélanges, la recherche de formes de jeu qui induisent des gestuelles et des timbres insoupçonnés. Jouer avec les matériaux en les déguisant, en les transformant constitue sans doute une partie de l’héritage de John Cage et de son « piano préparé ». Le règne de la percussion dans sa splendeur… Elle fait aussi des incursions dans l’électroacoustique, souvenir vivace de la musique mixte de Luc Ferrari, et des submersions dans la poésie sonore, persistance entre autres du dadaïsme d’Hugo Ball. Elle exprime le rapport entre les sons et l’image en associant à sa pièce INSINUOSO, pour percussion et électroacoustique, en quatre mouvements – quatre dessins et collages non illustratifs.

Ses diverses expériences de composition et d’improvisation, sa participation à de nombreux projets multidisciplinaires (musique, danse, théâtre, poésie…) l’amènent tout naturellement à concevoir un disque solo où ces Multiples s’expriment en collaboration avec Christophe Hauser, ingénieur du son avec qui elle travaille depuis longtemps et Pablo Cueco, ici directeur artistique de cet enregistrement…


Toutes les compositions de Mirtha Pozzi
Pistes 1, 5, 9, 13 sur de sons électroacoustiques réalisés par Pablo Cueco à partir de percussions et d’objets sonores.
Piste 6 et 14 sur deux poèmes de Mirtha Pozzi
Piste 7 sur un poème de Bernard Réquichot (extrait) 

Piste 15 sur un poème de Hugo Ball

Enregistré, mixé et masterisé par Christophe Hauser à La Muse en Circuit
et Post-Billing studio

Pochette : Yann Bagot
Photos : David Blondin, Pablúx et Lucas Watrin Schneider 
Notes : Pablo Cueco
Notes et dessins : Mirtha Pozzi


HISTORIQUE

On trouvait déjà son attirance pour les sons vocaux et les sonorités des langues dans son projet ACADACOUAL pour voix, Xavier Legasa, l’ensemble vocal La contemporaine, l’orchestre Transes Européennes a donné lieu au CD ACADACOUAL chez Buda Musique/TE 002. Mirtha Pozzi y joue avec le sens et le non-sens, le détournement par les textes onomatopéiques, les expressions, le rythme de candombe afro-uruguayen…

Son chemin de recherche du rapport entre musique et langage, parole et image, rythme et expression l’amène à faire appel au mythes précolombiens. Les mythes mobilisent nos rêves, nos souvenirs et nous rapprochent de l’homme primitif en quête de réponses face aux énigmes de l’existence. Un projet autour des écrits d’Eduardo Galeano (écrivain uruguayen) et du Popol Vuh est né : La Serpiente Inmortal… et autres mythes précolombiens, avec son sextet1 et la participation de la trapéziste-danseuse Isabelle Rivoal et du plasticien Pierre Galais. Ce répertoire a donné lieu à un CD (Buda Musique TE 026) dont cinq morceaux ont été choisis pour l’émission de France Musique : Capricieux Voyage #10 en Amérique Latine Jeux de miroirs entre les musiques Alberto Ginastera & Silvestre Revueltas, ainsi qu’entre Santiago de Murcia, Conlon Nancarrow et Mirtha Pozzi.

Le CD Improvisations préméditées2 en duo de percussions avec Pablo Cueco, présente une autre facette de son travail musical. Le duo rencontre cinq musiciens électros qui vont transformer par différents procédés électroniques les percussions et le zarb pour produire des croisements lumineux et cristallins, des aller-retours de l’abstrait au concret. Une volonté de dépassement des esthétiques et courants : traditionnel, jazz, contemporain, free, techno, rap, musique improvisée… L’improvisation « préméditée » guide la traversée des espaces sonores.

Les rencontres du duo se multiplient en faisant appel parfois à d’autres duos « homogènes » : deux pianos préparés, deux altos, deux clarinettes basses, dans les cadre de l’émission À l’Improviste d’Anne Montaron sur France Musique3 .

Dans le projet Les Chemins de l’impro4  – Mirtha Pozzi propose l’événement Musique en bordure du Musée Picasso dans lequel elle invite le public à une « visite guidée », un parcours d’improvisations musicales/rencontre avec les œuvres exposées dans les Galeries qui longent le Musée Picasso (Paris IIIème). Le festival Les chemins de l’Impro s’est clôturé par un concert baptisé Improvisaciones Policromáticas enregistré dans le cadre de À l’Improviste de Anne Montaron sur France Musique

Elle initie une autre rencontre du duo : Tetra Nexos avec Thibault Walter et Wilfried Wendling (piano préparé et électroacoustique), commande de l’INA/GRM, pièce composée collectivement et interprétée en concert à France Musique.

Avec le duo de Nathan Hanson (saxs) et Doan Brian Roessler musiciens originaires du Minnesota, ils créent le « WIWEX quartet ». Ils enregistrent le CD Equidistant au mythique Studio Davout, un disque dont la musique composée collectivement, puise dans le jazz, conçu comme libre de toute contrainte…. « Cette musique de funambules laisse une grande place à l’improvisation. C’est emporté, violent, fragile, poétique. Bref, superbe. » JF Mondot / Jazz Magazine

C’est avec « Nowlands / un label TAC » que le projet d’enregistrement de sa musique se réalise en mars 2020.


1 Mirtha Pozzi sextet avec Xavier Legasa chant, Philippe Botta flûtes et saxophones, Jacques Bolognesi accordéon, Jean-Luc Ponthieux contrebasse, Pablo Cueco et Mirtha Pozzi percussions.

2 Cinq trios avec le duo Pozzi/Cueco et un musicien électroacoustique : Thierry Balasse, Etienne Bultingaire, Christian Sebille, Nicolas Vérin, Thibault Walter.

3 plus d’info sur le programme de Les Chemins de l’impro : decorsonore.org.

4 Double duo avec pianos préparés : Eve Risser et Thibault Walter, avec altos : Cyprien Busolini, Frantz Loriot et clarinettes basses : Pierre-Louis García, Jean-Brice Godet.


LA PRESSE EN PARLE


…C’est une série de jeux de miroirs déformants-informants et de mirages acoustiques qui semblent inventer autant de passerelles entre jungles plus ou moins mythiques, arcs-en-sons électroacoustiques…ponctués d’échos vocaux et de tambours suaves entrelacé de bouffées poétiques… où alternent jusqu’à se confondre le préconçu et l’impromptu »
Philippe Carles, Jazz Magazine 

CULTURE OUI JAZZ / Mai 2020

 

De mots, la musique n’en a parfois pas besoin mais, comme le dit Pablo Cueco de la musique de Mirtha Pozzi, plutôt d’une forme de laisser aller au sens noble du mot. Le mot percussif, l’onomatopée, le mot jeu, les modes de jeux, le mot zone comme cet enregistrement en quatre épisodes chacun composés de quatre pièces ou mouvements qui tout en étant indépendants se croisent et interagissent dans notre imaginaire. Le métal et les claviers d’ardoises corréziennes et le tambour calebasse et le mkata, le K.K.O.Pikoté et Gadji poétiques, et le Cuik Plak Tri Güamik, la beauté des sons de la peau sur les peaux, du corporel qu’on imagine intense, en dit long presque plus que nos mots. Ce disque est intriguant par bien des aspects ce d’autant plus que sous une forme de nonchalance il est le fruit d’une totale rigueur de la part de la compositrice et poétesse franco-uruguayenne Mirtha Pozzi. C’est ce paradoxe des mots et des sons qui nous fait l’aimer, qu’il croise l’amérindien, l’Afrique et l’Europe en dit plus sur le monde d’aujourd’hui que bien des discours. TZIMX, une musique qui s’écoute comme une navigation dans un large espace et un temps étiré. On ne saurait mieux dire en ces temps confus du confinement : pour nous c’est Oui !

Pierre Gros


…Pozzi explore son propre monde, dans des pièces très ordonnancées, des cycles qui s’offrent le luxe d’agir comme des cercles concentriques… TZMIX est une œuvre aboutie et personnelle. Un album qui ne se lasse d’aucun recoin et veut les visiter tous.

Franpi Barriaux, Citizen Jazz


 

 

17 AVR. 2020 PAR BLOG :MIROIR DE DRAME.ORG

TZIMX de Mirtha Pozzi

L’album solo de la percussionniste Mirtha Pozzi est un rayon de soleil aux accents précolombiens, une échappée belle vers un chaos de peaux, métal, pierre et bois où le rythme ne se croit pas obligé de nous faire bouger les hanches, une étonnante collection de timbres…

Un Drame Musical Instantané 
« Autant dire que c’est un rayon de soleil aux accents précolombiens (depuis notre enfermement l’évasion dans l’espace-temps est fortement recommandée), une échappée belle vers un chaos de peaux, de métal, de pierre et de bois…une étonnante collection de timbres… un festival de cuik, plak, tri et güamik (ou tzimx pour le son des cymbales) quand la voix ne rejoint pas la famille des percussions… » 
Jean-Jacques Birgé

→ Mirtha Pozzi, TZIMX, CD Nowlands un label TAC, à paraître le 28 avril
→ en attendant la fin du confinement, pour l’écouter ou le commander (la pochette montre quatre dessins Insinuoso de Mirtha), allez sur Bandcamp

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.


INTERVIEW AVEC MIRTHA POZZI 
JAZZ ATTITUDE Vol.404 par Sir Ali
sur frequencek.fr

« … Une rencontre passionnante dans laquelle on apprend énormément de choses et on est en permanence intrigué par la profondeur de cette œuvre et de cette artiste…
TZIMX un album de pure mystique et intrigue… Personnellement, je me suis régalé en écoutant comment elle parle à propos de cette œuvre absolument sans précédant de musique contemporaine, de musique d’aujourd’hui. »

Sir Ali


Les Dernières Nouvelles du Jazz 
« … le cheminement d’une liberté où le préconçu croise l’improvisé, avec une sensation de constante liberté, et ce qu’il faut d’audace. En prime, l’insertion de quelques fragments de poésie sonore…Voyage sonore, aventure perceptive, émois inédits, tout y est, sous le signe d’une pulsation tantôt tendue, tantôt ténue, toujours intense jusque dans la retenue. Que dire de plus : un voyage, pour exister, doit être accompli, même un voyage onirique ; alors : ATTENTION AU DÉPART ! »

Xavier Prévost


Mirtha Pozzi était l’invitée de Jordi Batallé sur RFI en espagnol le 13 de mars 2020)
A finales de abril estaba prevista la presentación en Paris  de TZIMX, nuevo disco en solitario de la percusionista franco-uruguaya  Mirtha Pozzi. Pero como ‘confinamiento oblige’, el acto debió ser anulado. Sin embargo la buena noticia es que el disco se puede escuchar gratuitamente en streaming o encargar un ejemplar por correo.

Entrevista (en castellano) de Jaime Clara con Mirtha Pozzi el 23 de mayo 2020 en Radio Sarandí de Montevideo.
Programa El sábado cultural



 


La jungle cosmique du TZIMX de Mirtha Pozzi
TZIMX, l’album solo de la percussionniste franco-uruguayenne Mirtha Pozzi arrive à point nommé. Ce … la philatélie est passée de mode), un festival de cuik, plak, tri et güamik (ou tzimx pour le son … vous fait ça aussi à vous ? Tzimx ! Un autre aspect de son travail, ci dessous. Jean-Jacques Birgé … La jungle cosmique du TZIMX de Mirtha Pozzi … TZIMX …

Jean-Jaques Birgé / Jean-Pierre Simard


JAZZ A BABORD (juin 2020)

> lire l’article A la découverte de Mirtha Pozzi…

« Amateurs inconditionnels de chansons douces et autres ritournelles mélodieuses, passez votre chemin : Tzimx triture peaux et métaux dans un feu d’artifice de rythmes et de textures sonores ! ».
> lire la cronique de Bob Hattaau sur TZIMX


…Si vous souhaitez vous embarquer vers de nouveaux horizons pour y découvrir mille nouveaux bonheurs, n’hésitez pas une seconde. Ce « Tzimx » vous les offrira sans peine…Imaginez que vous vous laissez surprendre à chaque instant, que vous êtes à chaque seconde captivé, sinon captif heureux de l’imagination de Mirtha Pozzi. Vous n’aurez pas encore une idée de ce qu’est « Tzimx » (Nowlands / La muse en circuit).

Michel Arcens, Des jours heureux